Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur les bords du Fleuve Niger - Escale à Mopti, la Venise du Mali

par Yves MAILLIERE 10 Février 2013, 20:02 MALI

71-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port 04-Segou Mali - Marché  35-Mopti - Mali - Marché 40-Mopti - Mali - Traverséé fleuve Niger vers Village Bozo  62-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port

 

 

Sur les bords du Fleuve Niger

 

Escale à Mopti, la Venise du Mali

 

 

01-Segou Mali - Fleuve Niger - le port

Segou, sur les bords du Fleuve Niger...   

 

Quel dépaysement, après une journée de bus à travers le Mali, de débarquer à la tombée de la nuit à la Gare routière de Mopti…

Nous sommes à 700 km au Nord de Bamako. Un siècle de décalage horaire avec l’occident.

Un millénaire lorsque l’on traverse le fleuve Niger pour atteindre la petite ile de Bozo.

 

02-Segou Mali - Marché

 

03-Segou Mali - Marché

Ségou, le marché...

 

Isabelle et moi sommes assaillis de toutes parts à la sortie du car par des grappes de mains levées offrant leurs services de taxis,

d’hôtels, de restaurants, et de guides « assermentés » pour visiter le pays Dogon.

De sourires désolés en poignées de main compatissantes, nous nous excusons de ne pas faire appel leur aide,

et parvenons à nous extraire de l’enclos de terre battue faisant office gare routière,

pour rejoindre le carrefour principal de la ville…

 

04-Segou Mali - Marché

 

05-Segou Mali - Marché

Ségou, le marché...

 

Pourquoi avoir choisi le Mali ?

C’est l’histoire d’une insomnie et d’une émission TV de voyage au milieu de la nuit pour chasser les idées noires :

Un jeune aventurier a traversé l’Afrique de l’Ouest en mobylette par le passé.

Des photos magnifiques et autant d’anecdotes succulentes :

« Après votre périple, dans quel pays retourneriez-vous pour passer vos vacances ? »,

« Le Mali, sans hésiter, pour l’hospitalité et la gentillesse des gens… Et puis pour visiter le pays Dogon… »,

répond le jeune aventurier au journaliste qui l’interroge.

 

06-Segou Mali - Village

Segou, le village...

 

Tout était dit !

Et je m’empressai dès le lendemain matin de convaincre Isa de me suivre dans cette nouvelle aventure.

 

07-Segou Mali - Fleuve Niger - le port

 

 Segou, sur les bords du Fleuve Niger...

 

Mopti, baptisée la Venise du Mali, est un centre commercial portuaire important situé au confluent du Niger,

appelé localement « Joliba », et de son affluent le Bani.

La ville a été construite sur une butte et devient une presque-île lors de la saison des pluies, d’où son surnom.

 

 09-Segou Mali - Fleuve Niger - le port

 

10-Segou Mali - Fleuve Niger - le port

Segou, au Bord du Fleuve Niger...

 

Mopti est fondée au 19ème siècle par les premiers habitants du Mali, des pêcheurs Bozos,

qui lui donne alors le nom visionnaire de « Sangha », qui signifie « lieu de rassemblement ».

Forte de 130 000 habitants, Mopti est aujourd’hui comme tous les ports du monde, une ville très cosmopolite.

Un carrefour ethnique où se croisent de multiples ethnies.

Des Bambaras et des pêcheurs Bozos à la peau très noire et aux scarifications sur les pommettes.

Des pasteurs Peul aux chapeaux coniques, à la peau caramel, avec une teinture bleue autour des lèvres

et des scarifications sur les tempes.

Et des Touareg au regard ardent, à la peau cuivrée recouverte de foulards bleu indigo…

 

 11-Segou Mali - Fleuve Niger - le port 12-Segou Mali - Fleuve Niger - le port

 

13-Segou Mali - Fleuve Niger - le port

Segou, sur les bords du Fleuve Niger...

 

Mais ce qui nous amène précisément à Mopti, c’est la volonté de découvrir le pays Dogon,

un sanctuaire naturel et culturel classé par l’UNESCO, que je vous ferai humblement découvrir dans un prochain reportage.

Mopti est la base arrière idéale pour y organiser une excursion.

Nous avons prévu de passer par l’agence de Voyage Diatigui travel, dont le responsable, Assou Djitteye,

ne laisse partout que de bons échos…

 

 

15-MALI - Arret de Bus

 

16-MALI - Arret de Bus

Arrêts de bus entre Bamako et Mopti... 

 

Nous avons rejoint le carrefour principal de Mopti.

La nuit commence à tomber. C’est « le petit soir » comme l’on dit ici.

Un jeune chauffeur de taxi m’interpelle et nous montons aussitôt dans sa vielle Renault 12 jaune.

« Où allez-vous ? ». « A l’hôtel Doux Rêve, au bout du Goudron », comprendre « au bout de la route goudronnée ».

Le jeune chauffeur de taxi semble connaitre, je suis rassuré...

Des voyageurs rencontrés à Segou m’ont expliqué que les taxis peuvent nous déposer au pied de l’hôtel,

mais le simple fait de traverser les 500m de terrain vague en Taxi du bout de la route goudronnée,

double le prix de la course…

 

17-Mopti - Mali

Aux portes de Mopti...

18-Mopti - Mali - Arrêt de Bus

Arrêt de bus de Mopti, comme si vous y étiez...

 

Au moment de fermer les portes de la R12,

une demi-douzaine de personnes monte à l’avant et à l’arrière du taxi avec nous. Extraordinaire.

Le chauffeur tourne la clé de contact. La voiture ne démarre pas. Panne sèche !

Le chauffeur sort de la voiture pour aller à la « station service du carrefour ».

L’endroit n’est en fait qu’un étalage de fortune où un malien vend de l’essence au litre dans de vieilles bouteilles de rhum.    

Effarant !

Le chauffeur revient avec sa bouteille, ouvre le capot et verse l’essence à l’avant ?!

Je m’extirpe de la voiture pour comprendre ?!

Le chauffeur m’explique que sa pompe à carburant est morte,

et qu’il remplit son bocal de lave glace qu’il a relié à ses carburateurs ! Hallucinant !!!

 

19-Mopti - hotel doux reves 00 01

Devant l'Hôtel Doux Rêves...

20-Mopti - Mali - vue de l'hotel doux reves

Coucher de soleil sur Mopti, du haut de l'Hôtel Doux Rêves... 

 

Personne ne paye le chauffeur de taxi bondé à mesure que nous descendons et montons des passagers.

Nous avons en définitive réglé la course pour tout le monde. C’est à la fois amusant et plutôt sympathique.

D’autant qu’au passage, tout le monde se salue à la mode malienne par des rafales de « ça va ? » et de « merci » :

« Comment ça va ? Et la famille ça va ? Et les amis ça va ? Et la santé ça va ? Et la maison, ça va ?... ».

 

22-Mopti - Mali - Danseur

 

23-Mopti - Mali - Danseur

Danseurs de l'Hôtel Doux Rêves 

 

Le chauffeur conduit quasiment debout la tête par la fenêtre, et pour cause.

Le pare brise est tellement rayé que nous sommes aveuglés à chaque fois que nous croisons les phares d’un véhicule.

J’ai rarement été aussi dépaysé en voyage, et arrive à cours de superlatifs…

Isabelle ne dit rien. Elle n’a pas dit un mot depuis que nous sommes descendus du bus.

Elle a « débranché la prise »…

 

24-Mopti - Mali - Danseur

 

21-Mopti - Mali - Danseur 25-Mopti - Mali - Danseur

Danseurs de l'Hôtel Doux Rêves...

 

Le Mali... Quel pays déroutant. Quelle terre de contraste...

Pour venir jusqu’à Mopti, nous avons traversés des villages vidés, désertés.

Les jeunes sont partis, lassé de « cultiver la misère » comme disent les anciens.

Quelques rares sont arrivées en France, les autres se sont perdus sur le chemin, ruinés par les passeurs,

ou ghettoïsés dans le « piège libyen » (revoir l’excellent reportage du même nom sur Arte),

ou ont perdu la vie en mer sur des embarcations de fortune…

 

26-Mopti - Mali - Station Service

Le Carrefour Principal de Mopti...

27-Mopti - Mali - Station Service

La Station service de Mopti... 

 

Quel grand écart entre le Mali, pays parmi les pays les plus pauvres de la planète,

et le rayonnement de ses habitants, hommes et femmes au port altier,

descendants des plus grands royaumes et empires africains…

« Isabelle », « Yves » ! Je m’étonnerai à chaque fois au Mali, à l’appel à l’entrée des bus,

que l’on nous appelle par nos prénoms.

Nous apprendrons que c’est l’usage car tout le monde ou presque au Mali, porte les mêmes noms de famille :

Keita, l’invincible guerrier qui fonda l’empire du Mali, Traouré, un de ses plus célèbres et farouches généraux, ou Touré !

 

28-Mopti - Mali - Taxi

En Taxi dans Mopti... 

29-Mopti - Mali - Marché

Le Port de Mopti...

 

Je suis surpris par la personnalité écrasante des maliens.

Chaque malien rencontré est un concentré de vie pure.

Il faut rayonner autant qu’eux pour ne pas être submergé par leur énergie.

Je reste à chaque fois admiratif devant les enfants maliens qui parlent le français mieux que nous,

avec une soif de culture et une intelligence de vie qui force l’humilité. Quelle Injustice …

Je me rappelle une rencontre amusante à la sortie de notre hôtel à Ségou, avec un jeune garçon de 8 ans à peine,

qui nous avait séduit par sa répartie et sa pugnacité,

L’enfant : Bonjour Madame, vos chaussures paraissent bien sales ?

Isa : Bonjour, comment t’appelles tu ?

L’enfant : Monsieur Pas-cher !

Isa : Ah bon ? (amusée)

L’enfant : Et vous savez pourquoi je m’appelle Monsieur Pas-cher ?

Isa : Parce tu peux cirer nos chaussures pour pas cher ?

L’enfant : C’est présentement cela Madame.

Isabelle répond à l’enfant qu’elle n’est pas intéressée, d'autant plus que ses baskets sont en toile !

Mais l’enfant, trés filou, nous suit et la relance avec insistance,

Isa : Et dis moi jeune homme. Sais tu sais comment je m’appelle ?

L’enfant : Non Madame ?

Isa : Eh bien je m’appelle Madame Tranquille.

L’enfant fronce les sourcils,

Isa : Et qu’est ce qu’elle veut madame Tranquille ?

L’enfant : elle veut être tranquille ?

Isa : C’est ça, elle veut être tranquille…

L’enfant, interloqué, disparaît en deux coups de pédales de vélo dans le labyrinthe de maisons rases du village...

Isabelle est désolée d’avoir rejeté le jeune garçon…

Mais nous recroisons heureusement l’enfant à vélo 10 minutes plus tard aux abords du marché. Isabelle est ravie,

L’enfant : Bonjour Madame, maintenant vos chaussures sont assurément très sales.

Elles mériteraient vraiment d’être cirées !

Isa : Mais ça n’est pas croyable. Tu es partout toi ?! (dans un sourire)

L’enfant : Et oui. Je suis partout... Je suis Monsieur « Partout ».

Nous éclatons tous de rire et allons acheter des stylos et des cahiers pour le jeune garçons, et ses frères et sœurs…

Plutôt que de ramener des fournitures de France, je vous invite à les acheter sur place.

Non seulement vous ferez des heureux mais vous ferez un petit peu vivre le commerce local…

 

30-Mopti - Mali - Marché

 

31-Mopti - Mali - Marché

 

32-Mopti - Mali - Marché

Le Marché de Mopti...     

 

Il fait nuit. Le taxi nous dépose au « bout du goudron ».

Nous prenons nos sacs et traversons un terrain vague jusqu’à l’hôtel doux rêves.

Des familles vivent dans des huttes de terre face à l’entrée.

Un groupe de danseurs africain fait l’animation dans le hall vide.

Nous décompressons de la journée de trajet autour d’un verre et d’un bol de riz au son envoutant des tam-tam.

Isabelle réserve une chambre. Nous sommes les seuls étrangers occidentaux dans l’hôtel.

Avec les signes de rébéllion Touareg, les touristes se détournent de plus en plus de cette région reculée du Mali.

 

33-Mopti - Mali - Marché

 

34-Mopti - Mali - Marché

 

35-Mopti - Mali - Marché

Le Marché de Mopti, étals de poissons séchés, une épreuve olfactive... 

 

La présence de deux touristes occidentaux à l’hôtel doux rêves a fait le tour de la place.

Nous sommes assaillis au petit déjeuner par des jeunes maliens qui nous proposent des excursions en pays Dogons,

en nous présentant des photocopies illisibles de leurs soi-disant diplômes de guides assermentés.

Nous les écartons avec courtoisie et prenons la route de Mopti afin d’organiser pour plus de sureté

notre excursion auprès de l’agence de Voyage Diatigui Travel …

 

36-Mopti - MALI - Fleuve Niger

 

38-Mopti - Mali - Traverséé fleuve Niger vers Village Bozo

Traversée du fleuve Niger pour Bozo... 

 

Nous prenons la route du marché très animé de Mopti.

Je viens de réserver notre excursion pour le lendemain auprès de l’agence,    

un petit bureau décoré de posters du pays dogon au fond d’une maison de torchis,

après avoir passé deux heures à la seule banque de Mopti pour retirer de l’argent liquide.

Il n’y a pas de distributeur de billet à Mopti.

Et il faut prendre son mal en patience dans un vieux bâtiment en ruine à l’architecture coloniale,

jusqu’à ce qu’une dame en boubou vous emmène dans un bureau, prendre l’emprunte de votre CB,

et signer un immense grimoire sorti d’un film de Harry Potter.

Et comme par un triste tour de magie, je ne serai jamais débité sur mon compte

des 300 € retirés en francs CFA de la banque pittoresque de Mopti…

 

 

39-Mopti - Mali - Traverséé fleuve Niger vers Village Bozo 40-Mopti - Mali - Traverséé fleuve Niger vers Village Bozo

Fleuve Niger, Mopti... 

 

Nous sommes Mercredi, veille de « grand » marché. Des familles entières de commerçants, d'éleveurs et d'agriculteurs,

ne cessent d’accoster et de débarquer des pirogues au port de Mopti, laissant à chaque fois

quelques nouveaux immigrés de plus.

Le marché de Mopti est l'un des plus grands de la région.

Nous y rencontrons des cultivateurs dogons, des pêcheurs bozos, et des éleveurs peuls,

venus y vendre le fruit de leurs récoltes, de leurs pêches et quelques bêtes.

C’est un lieu vivant et animé aux milles senteurs parfois ténues, où se rencontrent les piroguiers venus du Sud,

et les Chameliers Touareg venus du Nord. Les Touaregs viennent vendre leur artisanat,

et y échanger des plaques de sel nécessaire à la survie des bêtes et des hommes en milieu désertique.

Les barres de sel s’échangent non plus contre de l’or, comme à la grande époque du commerce transsaharien,

mais contre des denrées alimentaires.

Nous restons à l’arrêt devant des étals de peaux de serpents, et de crânes de mulets aux mille vertus curatives.

Et sommes littéralement saisis par l’odeur des étals de poisson séché de Mopti,

voués à être exportés dans toute l’Afrique de l’ouest.

 

41-Mopti - Mali - Traverséé fleuve Niger vers Village Bozo 42-Mopti - Mali - Traverséé fleuve Niger vers Village Bozo

43-Mopti - Mali - Traverséé fleuve Niger vers Village Bozo

Fleuve Niger, Mopti...

 

Nous quittons le tumulte du marché pour rejoindre un grand chantier naval de pirogues et de pinasses,

d’où nous pourrons négocier la traversée pour rejoindre les petits villages de pêcheurs Bozo.

Sous le grand hangar du chantier naval, des artisans au ralenti, attachent dans la fournaise

de longues planches tortueuses de façon tellement archaïque que l'on a du mal à s'imaginer

qu’ils fabriquent une de ces majestueuses pirogues effilées et colorées qui filent le fleuve…

 

44-Mopti - Mali - Traverséé fleuve Niger vers Village Bozo

 

45-Mopti - Mali - Traverséé fleuve Niger vers Village Bozo 

Villages Bozos... 

 

De l’autre côté du fleuve Niger, les villages bozo, à l’écart du temps, nous offrent un condensé de l'Afrique :

des grappes d'enfants agrippées à nos doigts, des maisons rases aux murs de torchis,

des femmes aux silhouettes félines et aux seins nus lavant le linge au bord du fleuve,

et d’autres portant de manière altière de lourdes charges sur leur tête.

De jeunes enfants culs nus aux sourires de perles blanches jouant dans l'eau.

Des pêcheurs dénouant leurs filets. Une femme pilant des graines de mil dans sa calebasse

tandis qu’une autre trie les poissons fraichement pêchés…

 

46-Mopti - Mali - Traverséé fleuve Niger vers Village Bozo

 

47-Mopti - Mali - Village Bozo

 

Villages Bozos... 

 

Le soleil commence à se coucher sur le Port de Mopti.

Nous restons assis à contempler la vie s’organiser autours de nous.

Isabelle et moi sommes les seuls « toubab » (blancs) aux milieux des familles

préparant leurs étals de marchandises pour le lendemain ou organisant le repas du soir à bord de leur pirogue.

Je me sens l’âme d’un grand explorateur, perdu sur une terre lointaine en dehors du temps.

De tout jeunes enfants s’amusent à se faire peur avec Isabelle. Isa se cache le visage, les enfants approchent doucement,

et Isabelle se lève brusquement pour les pourchasser en poussant des cris de sorcière.

Les enfants s’enfuient apeurés en criant « Toubab, Toubab » sous le regard amusé de leurs parents,

et reviennent aussitôt quand Isa se rassoit et se cache le visage pour recommencer de plus belle…

Quel moment incroyablement délicieux. Je vis l’un des moments les plus dépaysant de ma vie de voyageur,

et j’ai la chance de partager avec la femme de ma vie…

 

49-Mopti - Mali - Village Bozo

 

50-Mopti - Mali - Village Bozo

 

51-Mopti - Mali - Village Bozo 

Villages Bozos...

 

La nuit est tombée. Nous buvons un verre au Bozo Bar, au bout du port.

Nous sommes seuls dans ce lieu touristique pourtant renommé.

L’endroit vide de monde, comme à l’hôtel doux rêves, nous rappelle qu’il n’est plus de bon ton

de jouer les touristes « toubabs » dans la région.

C’est notre dernière soirée à Mopti, avant de partir demain pour le pays Dogon.

Je reste en alerte sans pour autant inquiéter Isabelle.

Nous regardons au loin les silhouettes des maliens se laver dans le fleuve Niger.

Parmi eux, un Touareg, termine ses ablutions et sa prière du soir, et vient vers nous en réajustant son long turban.

L’homme Bleu qui a fait 10 jours de chameau pour arriver à Tombouctou,

et quelques jours de barques pour rejoindre Mopti, a fait tout ce trajet pour vendre un magnifique sabre quelques euros.

Nous l’invitons à boire un thé.

Je lui explique désolé que nous partons le lendemain pour le pays Dogon et que je ne peux m’encombrer

de l’objet aussi magnifique soit-il.

Je m’en mords les doigts encore aujourd’hui…

 

53-Mopti - Mali - Village Bozo

 

52-Mopti - Mali - Village Bozo

 

54-Mopti - Mali - Village Bozo 56-Mopti - Mali - Village Bozo

Villages Bozos... 

 

Entre deux thés, l’homme bleu nous raconte son périple pour venir jusqu’à Mopti, la vie dans sa tribu des sables… Magique !

Puis rattrapé par l’actualité, nous échangeons sur la condition des Touaregs, et les tensions croissantes dans la région…

Nettement moins féérique…

 

55-Mopti - Mali - Village Bozo 57-Mopti - Mali - Village Bozo

 

58-Mopti - Mali - Village Bozo

Villages Bozos... 

 

Nous quittons l’homme bleu l’esprit inquiet sur l’avenir de la région.

Et prenons le chemin de l’hôtel Doux Rêves, sous une pléiade d’étoiles,

guidés par les lampes à huiles des pirogues et les feux de camps parsemant le port de Mopti.

A mesure que nous nous éloignons du port, nous abandonnons la Venise de Mali et nous projetons déjà en rêve en pays Dogon.

Mais ça, c’est une autre histoire…

 

59-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port 60-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port

Port de Mopti... J'adore l'air déconcerté d'Isa, expression d'un mélange de fatigue et de dépaysement TOTAL !

 

 

61-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port

 Le Port de Mopti... 

 

EPILOGUE :

Attristé par ce qui se passe dans la région, je souhaitais exprimer a travers de cet humble hommage à Mopti,

toute la tendresse que je porte au Mali et à ses habitants.

 

62-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port

 

63-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port

  Le port de Mopti... 

 

Mopti n’est malheureusement plus aujourd’hui le carrefour touristique d'antan,

où l’on flânait avant un baroud en pays dogon.

Comme tous les hôtels de la région, l’hôtel «Doux Rêves», où nous avons séjourné

et qui employait de nombreux maliens, est déserté, fermé.

Mopti est aujourd’hui une ville touristique sans touristes, une ville morte.

Une ville désertée par ses habitants les plus fortunés, qui ont eu les moyens d’aller rechercher plus de sécurité au Sud.

Une ville à moins de 100km des premières zones de conflit.

Une ville qui accueille par dizaines de milliers les réfugiés du Nord, des Chrétiens,

des enseignants, des familles entières apeurées par la guerre civile.

Mopti est et restera certainement à tout jamais une ville charnière entre le Sud, et le Nord ensablé du Mali,

lieu de conflit ambigu entre Touareg indépendantistes, Mouvements Islamistes en tous genres,

et armées de coalition africaines et françaises.

 

64-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port

 

65-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port

  Le Port de Mopti... 

 

Un lieu de conflit ambigu avec une coalition africaine incapable de luter seule contre les touaregs et les islamistes.

« Le Bambara ne va jamais sur le sable » dit un proverbe Touareg.

L’intervention stratégique de l’armée française au Mali, pour protéger nos mines d’uranium au Niger.

Un voyage de François Hollande à la rencontre de M. Bouteflika pour couper la retraite d’Aqmi en Algérie

et ne pas reproduire les erreurs du conflit Afghan.

 

66-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port

 

67-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port

  Le Port de Mopti... 

 

Et puis nos nombreux opposants :

Aqmi, al qaïda au Maghreb islamique, descendant du GIA Algérien puis du GSPC, arabes à la peau claire,

souvent algérien d’origine, qui tenaient notamment Tombouctou la capitale du Nord Mali.

Le MUJAO, son excroissance mafieuse, spécialisé dans le narcotrafic et l’islamisme radical,    

chez les commerçants arabes et noirs de Gao.

Le MNLA des indépendantistes touaregs, anciennement le MNA gonflé par 2000 touaregs aguerris et armés jusqu’aux dents

des anciennes armées de Kadhafi qui ont rejoint désœuvrés le MNA à la chute du régime de Tripoli.

Et Ansar Dine, certainement la clé de sortie du conflit. Un mouvement touareg indépendantiste

qui communique pas ou peu, avec des factions plus ou moins radicales, qui dit se battre pour le développement,

l’autonomie et la sécurité du peuple touareg.

Un mouvement qui grossit à mesure que les forces du MNLA qui connaissent peu le terrain,

viennent grossir ses rangs à chaque action militaire emportée par Ansar Dine.

 

68-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port

  Le Port de Mopti...

 

Bien loin des conflits et intérêts géopolitiques, je souhaitais également saluer un homme

dont j’ai lu les exploits patriotiques : Ibrahim Maiga, Songoï de 41 ans, ancien adjudant de la gendarmerie de Tombouctou.

Un homme qui a vu l’invasion de Tombouctou par des 4x4 chevauchés de mitrailleuses lourdes,

et qui a défendu plusieurs heures sa gendarmerie jusqu’à l’épuisement de ses munitions.

Un homme qui s’est terré une semaine, qui a passé les barrages des islamistes déguisé en colporteur,

et a rejoint la frontière Nigérienne à pied…

 

70-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port

69-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port

  Le Port de Mopti...

 

Après une escale à Bamako, Ibrahim Maiga est revenu à Mopti pour défendre la ville et aider à la reconquête du Nord,

à la tête d’une milice d’autodéfense appelée « Ganda Izo » (les Fils du terroir).

Des miliciens patriotes qui ne touchent pas de solde et dont « la gamelle » se résume le plus souvent à une bouillie de riz.

Une armée de 1300 va-nu-pieds, au sens propre comme au sens figuré, armé de kalachnikovs hors d’état.

 

71-Mopti - Mali - Fleuve Niger - Le Port

  Le Port de Mopti...

 

Avec une armée régulière quasi absente, Ibrahim Maiga et ses miliciens ont été plusieurs mois

la dernière défense du Mali face aux vagues « islamistes », jusqu’à l’arrivée des armées de coalition africaine et française.

Etant lui-même musulman, Ibrahim Maiga disait en Octobre 2012 pour ne pas se tromper de combat, je le cite :

« Nous ne laisserons pas une nouvelle fois les Arabes et les Touaregs faire de nous leurs esclaves.

L’islam dont se réclament ces bandits n’est qu’un camouflage… ».

Et comme un appel qu’il lançait à la France : « Nous nous concentrons sur des missions d’infiltration.

Personne ne connaît mieux le Nord que nous. Nous pouvons être les yeux et les oreilles de l’aviation française… ».

Son appel a été entendu, et son aide lors de la reconquête de Nord a certainement été très précieuse aux forces Françaises.

 

72-Mopti - Mali - Fleuve Niger

  Le Fleuve Niger, Mopti... 

 

73-Mali Yves Maillierecette date, le Nord du Mali a été « libéré » sans grande résistance de la part des islamistes et des touaregs.

Aqmi va se fondre dans les populations et la sous région, résister en fomentant des attentats,

et attirer les djihadistes du monde entier.

D’ici 6 mois, les forces armées de la coalition africaine vont naturellement se retirer faute de moyen.

Tandis que nous allons augmenter notre présence dans la région de manière très localisée

pour protéger nos ressources et mines d’uranium, comme cela vient de commencer au Niger.

Il sera alors probablement confié aux touaregs de Ansar Dine de nettoyer la région des Islamistes d’Aqmi et Al Qaïda.

Et il est fort à parier que les négociations en ce sens avec les Touaregs d’Ansar Dine ont déjà commencé.

 

 

Sur les bords du Fleuve Niger - Escale à Mopti, la Venise du Mali

.

commentaires

Haut de page